Aujourd’hui, la situation sociale se dégrade en France.

Les différentes contre réformes et mesures prises par le gouvernement contribuent à creuser toujours plus les inégalités dans notre pays.
Le dernier rapport de l’OFCE confirme que les mesures du budget profiteront surtout aux plus aisés, creusant encore davantage les écarts entre les plus riches et les moins favorisé-es.
Cette politique libérale est lourde de conséquences pour les salarié-es du privé comme pour celles et ceux du public ainsi que pour les retraité-es.

Déjà, de nombreux secteurs de la société sont entrés en lutte.

SNCF, Air France, Universités, Fonctions publiques… mais aussi dans des entreprises privées, les mobilisations se multiplient pour faire entendre le désaccord avec ces orientations et la nécessité de mettre en œuvre d’autres choix tant pour les salarié-es que pour les usager-es et les citoyen-es.

  • Non, le plan gouvernemental de destruction du code du travail, de la protection sociale, des libertés individuelles et collectives, n’est pas la volonté des citoyen-es.
  • Non, les services publics, issus des conquêtes des salarié-es, ne sont pas un coût mais la richesse de notre société, le bien commun de tous les citoyen-es.
  • Non les chômeur-es ne sont pas des profiteur-es, qu’il faudrait contrôler sans cesse, contrairement aux évadés fiscaux, qui pillent et exportent la richesse.
  • Non les cheminot-es et les fonctionnaires ne sont pas des nanti-es, et leur statut n’est pas un privilège mais une garantie d’indépendance vis-à-vis des politiques, pour une action au service de tous.
  • Non, la fortune indécente des plus riches, dont la plupart s’est contentée d’hériter, ne peut être considérée comme la récompense de leur mérite.
  • Non, l’arrivée des migrant-es ne doit pas servir à diviser les salarié-es par des discours de haine, qui détournent l’attention des vrais problèmes.
  • Non, nous ne laisserons pas le président et le gouvernement utiliser leur mandat pour détruire notre modèle social, déjà mis à mal par les gouvernements successifs qui les ont précédés.

Parce que, ensemble, nous défendons tous nos droits, nos conditions de travail, notre dignité, nos Services Publics, notre Sécurité Sociale, parce que nous partageons tous la volonté de construire une société de justice sociale, solidaire et démocratique, unissons nos forces le jeudi 19 avril !

NANCY – Rendez-vous à 13h15 devant la DSDEN 54

appel FSU54